mardi 12 mai 2009

la formation de « Nurse Practitioner »

J'ai assisté ce matin à la cérémonie de remise des diplômes d'une collègue dans un théâtre de Broadway. Elle vient d’obtenir avec les honneurs son master de « nurse practitioner » à New York University. C'est l'occasion pour moi de vous parler de cette formation, comme je l'avais promis dans mon premier post.

C'est en 1965, que la profession de « nurse practitioner » (NP) fut créée. Cette spécialité a pris son essor dès la fin des années 60, alors que se posait la question du manque croissant de médecin aux Etats-Unis.

Cette spécialisation se fait généralement après un Bachelor of Science in Nursing (BSN), qui est l’un des trois parcours possibles pour exercer le métier d’infirmière. Il faut faire deux années d'études supplémentaires après les quatre années de BSN pour obtenir ce Master of Science in Nursing. Il est également proposé sous forme de formation à temps partiel en trois ans afin de permettre à celles qui le souhaitent de travailler en même temps.

Plusieurs spécialités sont proposées, dont les plus connues sont :
- Pédiatrie
- Adulte
- Famille
- Santé de la femme
- Néonatologie
- Gériatrie
- Soins d'urgences

Les « NP », comme on les surnomme ici, bénéficient d'un champ de compétence très large. Elles peuvent en effet :
- Prescrire, exécuter et interpréter des tests diagnostics (examens sanguins, radios, etc.),
- Diagnostiquer et traiter des maladies chroniques comme le diabète, l'hypertension ainsi que diverses infections et blessures,
- Prescrire les traitements appropriés et assurer le suivi du patient,
- Conseiller le patient sur son mode de vie afin de prévenir certaines pathologies.
Toutefois, lorsque la situation dépasse ce cadre, elles doivent rediriger le patient vers un médecin dont les connaissances et les compétences seront plus larges.

On les retrouve au sein de différentes structures sanitaires : à l'accueil des urgences où elles posent un pré-diagnostic, prescrivent les examens à effectuer et un traitement préliminaire si besoin ; en consultation dans les services hospitaliers pour effectuer le suivi des patients ; en cabinet médical associées à un médecin, elles reçoivent en consultation les patients, renouvellent les ordonnances ; plus récemment elles se regroupent en cabinet de « Nurse Practitionner ».

Si vous êtes en visite à New York et que vous avez un rhume à cause de l'utilisation à outrance de l'air conditionné, une gastro (ah, les sushis pas frais de la veille !) ou encore que vous vous êtes tordu la cheville en descendant du taxi à Times Square, vous pouvez vous rendre au Duane Reade de la 50ème rue et 8ème avenue à toute heure du jour et de la nuit et être reçu par une NP. Celle-ci vous recevra et prescrira un traitement approprié à un tarif deux à trois fois moins cher qu'une consultation par un médecin.

Alors la question qui se pose est : ne finiront-elles pas par remplacer le médecin généraliste ? La réponse est assez complexe. Un des éléments les plus importants à prendre en compte est la demande croissante de soins liée au vieillissement de la population et à l’augmentation des pathologies chroniques. Cette tendance s’accentue d’année en année et l’on estime qu’il manquera plus de 700.000 médecins en 2025, en dépit des efforts du gouvernement pour en former davantage. Loin de faire concurrence aux médecins, les NP sont une alternative intéressante qui permet d’accroître le nombre de professionnels qualifiés au service de la population, à bien moindre coût.

C’est une belle opportunité d’évolution qui attire de nombreuses infirmières. Elles bénéficient d’une autonomie accrue, d’un salaire intéressant (90 000 à 100 000 dollars à New York) et d’une qualité de vie supérieure. Peut-être une idée supplémentaire dont devrait s’inspirer le système de santé français ?

4 commentaires:

Mél a dit…

Ce serait super si en France on pouvais avoir ce genre de master nous permettant de prescrire certaine chose (materiel a pansement, antiseptiques, medicament de premiere necessité...etc) Peut etre qu avec le nouveau referentiel, ils y songeront??? a suivre!

Audrey a dit…

Ca fait rêver!

Elodie a dit…

salut,
je suis infirmiere a NYC aussi. J'aimerai devenir NP mais d'apres ce que je comprends il me faut un bachelor degree... connais tu des infirmieres francaises qui ont poursuivies leurs etudes aux USA?

Darkodar a dit…

J'ai beaucoup aimer parcourir ton blog, étant une étudiante en Soins Infirmiers (Québec , Canada) j'ai aimer apprendre les différences, aux USA et en France, c'est très intéressant.
Au sujet de cet article si ça peut t'intéresser vos Nurse Practitioner peuvent être très clairement l'équivalent au Québec des IPS c-à-d les Infirmière Praticienne Spécialisée , tiens si ça t'intéresse je t'envoi ce lien de l'Ordre des Infirmière et Infirmier du Québec au sujet des IPS
http://www.oiiq.org/admission-a-la-profession/la-profession/infirmiere-praticienne-specialisee